J'm'en viens vous tailler le bout de gras!

Publié le par aupotagerretrouve

IMG 0001

 

Qui a envie de manger du gras? Dit comme cela ça ne risque pas d'attirer grand monde sauf peut être à Colonnata!

S'il y a bien un reproche que l'on fait à la charcuterie c'est d'être grasse. Au point que certains vous conseillent tout bonnement de la bannir de votre alimentation.

Cela me fait assez rire ce "Petit traité de philosophie charcutière" reçu grâce à 750g.com. "Le Centre d'Information des Charcuteries-Traiteurs soutient fermement le propos et initie la communauté de "ceux qui veulent remettre la charcuterie à sa juste place"!" peut-on lire dans le communiqué de presse.

La charcuterie a-t-elle besoin d'être défendue?  Fait-elle partie de ces horribles choses qui risqueraient de faire perdre des points au Bac aux jeunes français. Cette semaine un "marketingman" du régime c'est particulièrement illustré à ce sujet. Passons!

 

  IMG 0002

"Chasser le naturel il revient au galop!" Je me suis plutôt posé la question de savoir s'il y a ou s'il risquait d'y avoir de la charcuterie oubliée, comme il y a des légumes oubliés et des milliers de variétés carrément disparues?

On en revient donc à nos modes de consommation. Les variétés de légumes étaient foison quand tout le monde cultivait son lopin de terre. La charcuterie est née d'une époque où l'on ne jetait rien. Comme dit l'adage "Dans le cochon tout est bon!". Quand après avoir élevé son porcelet, était venu le temps de penser à saler et fumer les jambons, on commençait par le boudin.

A l'heure actuelle où, pour  tout le monde ou presque, la viande pousse dans des barquettes cellophanées, qui sait encore à quoi peut servir le sang de porc? Et je ne vous parle évidemment pas du respect de l'animal. Ah, il était bien le porcelet à l'époque! En 1979, "Vie et mort d'un cochon" de Robert-Newton Peck avait forcément une autre signification pour les jeunes qui le lisaient.

 

La grande distribution est passée par là. Fini le boucher/charcutier du quartier. Fini le temps de ma grand-mère où le facteur était bien connu pour savoir manier le couteau et repartait avec un morceau sous le bras. Perdu le savoir-faire? En tout cas les emballages sous-vide sont légion. Heureusement, l'artisan se rencontre encore de temps à autre au détour d'un marché ou d'une foire. Les épiceries fines et les boutiques à la ferme proposent encore quelques produits "maisons". Et les passionnés continuent à faire vivre et évoluer les recettes dans leurs cuisines.

  IMG.jpg

 

Cela me fait penser qu'il faut que je sonne à mon papa. Pas plus tard qu'à Noël, je lui ai justement demandé ses bonnes vieilles recettes!  

Parce que quand le fumoir sera construit, ce n' s'ra pas pour en faire un musé!

Pour vos meilleures questions de philosophie charcutière et tenter de remporter la BD, c'est par ici : http://www.philosophiecharcutiere.com/gagner/gagner.php

 

 

Commenter cet article

marie-line 18/01/2012 14:21

Bienvenu chez Les passionnés de cuisine et @ bientôt :)
ml

aupotagerretrouve 19/01/2012 20:15



Merci!



Isa 09/01/2012 12:15

J'adore cet article, hoo nostalgie quand tu nous tiens :D. Heu et l'oeuf il pousse dans les cartons ;)

aupotagerretrouve 09/01/2012 20:24



Merci! Pour l'oeuf on cherche toujours qui de la poule ou du carton est arrivé en premier ;-)



Françoise 08/01/2012 16:43

Tout est affaire de mesure mais quand il y a un savoir faire il faut le faire savoir, l'apprécier et en profiter... Un fumoir personnel ? Quelle belle initiative pour 2012 avec si je comprends
bien, un stock de recettes de derrière les fagots... à expérimenter. L'année sera assurément gourmande chez toi ! Françoise

aupotagerretrouve 09/01/2012 20:22



Merci! Oui oui année gourmande, pleine de projets et de saveurs!



isabelle 08/01/2012 13:12

Un fumoir dis-tu !! Mais qu'elle bonne idée, j'en connais une qui n'hésitera pas à y amener son bout de gras ;-) Bizz

aupotagerretrouve 08/01/2012 13:20



Ehéh! On a que le bien qu'on se donne. Il devrait être prêt pour l'automne prochain...